Now Reading
6 conseils à retenir pour réussir un Erasmus

6 conseils à retenir pour réussir un Erasmus

tips for going on Erasmus

Je suis partie en Erasmus il y a dix ans déjà (Oui, je sais, je suis vieille!) mais je m’en rappelle très bien. A cette époque, Babbel n’existait pas encore, on apprenait encore les langues “à l’ancienne”.

Ce fût sans aucun doute l’une des meilleures années de ma vie. A 21 ans, j’ai quitté Madrid, ma ville d’origine pour une petite ville d’Italie, Viterbo, près de Rome.

J’avais réservé un chambre dans une résidence étudiante pour mes 2 premières semaines, et je devais trouver un appartement pour la suite de mon séjour. A mon arrivée, je me suis rapidement rendue compte que je n’avais pas accès à internet (oui, internet existait déjà à cette époque!), je devais donc me renseigner autour de moi afin de savoir si d’autres étudiants avaient le même problème. J’ai quitté ma petite chambre déprimante et j’ai frappé à la première porte sur mon chemin. Deux Hongroises m’ont ouvert et je n’avais alors pas d’autre alternative que d’utiliser la langue que nous avions en commun, l’italien, pour échanger avec elles et régler mon problème.

Conseil#1: En cas de besoin ou de problème, vous saurez parler la langue, vous trouverez les mots, croyez-moi!

Mon problème d’internet fut résolu, mais je devais encore trouver un logement en moins de 2 semaines. Il était hors de question que je reste dans cet endroit, je le trouvais tellement affreux! Les longs couloirs avec les minuscules chambres me faisaient penser à une prison, l’endroit était plein d’Espagnols (ce qui veut dire que je ne parlerais JAMAIS italien) et la Casa avait un règlement encore plus contraignant que celui de mes parents à la maison. Je voulais connaitre toute la liberté et la joie d’un Erasmus, je voulais mon propre logement, ou un appartement que je partagerais avec des Italiens.

J’ai donc commencé à chercher, et j’ai exploré toutes les universités de la ville, enfin, surtout les tableaux d’affichage où étaient postées les annonces de logement. J’y posta ma propre annonce, immédiatement lue par un Italien qui passait par là. Il rit si fort en voyant toutes les fautes que j’avais commises! Il m’aida ensuite à réécrire l’annonce d’une façon lisible pour les Italiens, et c’est grâce à cela que j’ai pu trouver mes colocataires !

Conseil#2: Sur place, n’hésitez pas à demander de l’aide, les locaux seront ravis de vous aider

Bon, donc Internet: Ok. Colocation: Ok.

A présent, je devais m’occuper d’autres petits détails comme: LES EXAMS. L’Université italienne était plutôt cool et je reconnais que j’ai appris l’italien assez vite. Je suis Espagnole, je parle beaucoup, mais j’ai également compris beaucoup de choses dés le début. Bon, je dois admettre que j’ai aussi beaucoup utilisé la carte du “désolée-ce-n’est-pas-ma-langue-d’origine”.

Et je vous le confirme: ça marche! Les professeurs étaient bien plus patients et compréhensifs que n’importe quel autre prof que j’avais en Espagne.  Mi dispiace, non capisco l’italiano!

Conseil#3: Profitez de votre statut d’ «étudiant étranger» et demandez aux enseignants de parler plus lentement et de vous aider davantage

C’est ainsi que j’ai réussi mes exams, et j’ai même parfois obtenu de très bonnes notes! Bien sûr, j’ai fêté cela en trinquant avec mes nouveaux amis Italiens qui en ont profité pour me faire découvrir de nouvelles boissons comme le Campari et la sambuca. Moi qui ne connaissait que les Cuba Libres et le vin-coca (désolée!)

Ils m’ont aussi initiée au café, aux pizzas et aux pâtes. Qui aurait cru qu’il y avait tant à découvrir? Pourtant, oui, boire un café et manger une pizza bianca ou un calzone était un art dans lequel j’allais finir par exceller à l’issue de cette superbe année 2007/2008. Rappelez-vous ce qu’on dit … “when in Rome…”

Conseil#4: Que vous soyez à Rome, Paris ou Londres, agissez comme les Romains, les Parisiens ou les Londoniens!

Je n’aurais jamais pu apprendre à parler aussi bien seule. J’avais besoin des gens, d’expériences, de musique et de toutes ces choses excitantes qui m’ont données envie d’apprendre la langue. J’ai donc demandé à mes colocs de me conseiller des films et de la musique. Ana, de Slovénie, était une vraie passionnée de musique italienne, j’ai appris beaucoup à ses côtés, et aujourd’hui encore, il nous arrive de fredonner parole, parole lorsque l’on se revoit. Grâce à mes amis, j’ai pu découvrir les valeurs sûres de la musique italienne, comme Lucio Battisti, Mina, Adriano Celentano, Paolo Conte etc. J’en ai également profité pour passer en revue les classiques du cinéma italien, et bien sûr quelques films du néoréalisme. Regarder ce genre de films est l’un des meilleurs moyens d’apprendre la langue.

See Also

Conseil#6: Travail d’équipe, laissez-vous guider par les autres!

Génial, vous venez d’obtenir une bourse Erasmus. Vous faites partie des élus, et vous êtes donc meilleur que ceux qui n’ont pas pu l’avoir. Il va à présent falloir tirer profit de cela. Cette bourse ne signifie pas pour autant que vous êtes riche, vous avez juste quelques euros supplémentaires en poche pour louer un logement et manger pas cher afin d’économiser pour faire quelques virées en Europe et dans les environs.

Mon conseil est de tirer profit des choses pas chères (et parfois gratuites) que l’on trouve à l’université: les repas de la Mensa, les réductions sur les activités sportives et les cours de langue gratuits. J’ai pris mes cours d’Italien très au sérieux et mon prof était si cool que cela m’a sans aucun doute aidée à apprendre la langue aussi vite.

Article de Cristina Gusano – Traduit de l’anglais par Lydia Rajteric


Merci d’avoir lu cet article et n’hésitez pas à le partager !

Ne ratez plus nos publications, inscrivez-vous à notre Newsletter!
Et n’oubliez pas, si vous êtes à la recherche d’un logement étudiant à Berlin, Barcelone ou Londres, vous trouverez un grand choix de chambres, de studios et d’appartement sur le site d’Uniplaces. Nous sommes présents dans 40 villes en Europe et bientôt davantage!

Scroll To Top